La Santé « Lost In Transition » : le management en jachère…

Le secteur de la Santé est un secteur passionnant, attachant, qui a du sens. Il est plus que d’autres en souffrance pour ne pas dire paumé par les mutations à l’oeuvre et l’inertie coupable des Grands timoniers-fossoyeurs qui ont contribué à cette triste situation.

J’ai eu le plaisir d’y travailler comme Responsable Communication de l’hôpital Laennec de Paris au milieu des années 90 et de travailler sur la création de l’Hopital Européen Georges Pompidou. Né de la fusion de 3 hopitaux de l’AP-HP (Broussais, Boucicaut, Laennec), je faisais déjà alors, sans le savoir, de la conduite du changement, du design thinking et beaucoup de communication interne pour « embarquer » les équipes soignantes et les autres dans ce projet hors norme.

J’interviens aujourd’hui régulièrement comme conseil et coach dans la santé au travers de belles expériences comme celle de « La Ruche » à La Réunion créée par les équipes TESIS et l’ARS. Tiers lieu innovant managé par Antoine Lerat en synergie avec Denis Lerat de l’ARS (tutelle de TESIS). Un bel exemple de réussite pour promouvoir un autre mode de management et de nouvelles façons de travailler plus agiles et créatives.

Hélàs, ce bel exemple est bien isolé et je constate tous les jours les dégats occasionnés par un mode de management technocratique et hiérarchique : souffrance au travail, burnout, absenteisme, désengagment des salariés et des cadres, suicides de Directeurs d’Hopitaux…tout cela ressemble aux années noires de France Telecom il y a 20 ans au moment de sa mutation à marche forcée.

La complexité de l’éco-système n’explique pas tout. La diversité des métiers, les relations souvent difficiles entre médecine de villes et médecine hospitalière sont certes des facteurs mais il y a de vraies révolutions manageriales à mener : les ARS sont mal percues et ont objectivement un énorme travail à faire de changement de posture, la formation des Directeurs d’Hopitaux et des cadres en général est basée sur une vision de gestion qui fait fi de l’intelligence relationnelle et de la capacité à animer des équipes et projets en mode agile et créatif. L’hopital et les acteurs de santé sont à des années lumières des enjeux de transition manageriale et digitale. Le Management taysloriste et sur-hiérarchisé s’accompagnent d’un manque coupable de sens et de vision. Personnels épuisés, cadres « lost in transition »

Très verticalisé, hypercentralisé, les chefs à 3 plumes sont légion, le controle de gestion a pris le pas sur la vision et les richesses humaines...les cadres passent plus de temps à remplir des tableaux Excel qu’à manager des équipes…cloisonnement, manque de communication interne et posture arrogante de l’encadrement forment un cocktail explosif avec une violence quotidienne dans les rapports inter-personnels.

Contrairement aux idées recues, il y a d’ailleurs aujourd’hui, quoiqu’on en dise, beaucoup plus de violence dans les rapports quotidiens au sein du secteur public que dans le privé.

Toutes les fonctions publiques sont touchées au point que certaines assureurs et mutuelles ne veulent plus couvrir en contrat prévoyance ou mutuelle certaines collectivités locales ou autres acteurs publics…24 % d’absenteisme ca calme !

Il est urgent que le formation de nos pseudo-élites intègrent les compétences dont nous avons désormais besoin : intelligence relationnelle, créativité, sens critique, agilité...regardez les contenus pédagogiques des formations de l’ENA, l’ENSP, l’INET ou toutes les autres « grandes écoles » de la République…quant aux CNFPT, IFCS et autres organismes de formation continue, ils commencent tout juste leur mutation…sans doute un peu tard. Je suis personnellement touché et inquiet de cette inertie et de la violence sous jacente dans les rapports quotidiens.

Les dégats sont considérables à court et moyen terme : risques psycho-sociaux, absentesime (que les DRH nous donnent les vraies chiffres et combien cela coûte…), marque employeur et attractivité des professions médico-sociales…ca va faire mal et atteindre en ricochet la société toute entière.

A tous les comptables de la République, argentiers et autres financiers : intégrez donc dans vos jolis tableaux Excel le cout humain et les variables sociales pour nous donner une vision de la réalité plus juste (ca se calcul en salaire chargé cumulé par exemple, je peux vous montrer ;-)), boostez et bousculez rapidement les lignes manageriales, réformez les formations pour des remises en question profondes avant que le système explose et n’attire plus que les bras cassés…et surtout que d’autres suicides interviennent. Un bon travail d’innovation dans les ARS ne nuiera pas pour en refonder la légitimité et la capacité d’action.

Un bon signe pour conclure cet article sur une note plus gaie : les CAF, CARSAT, CPAM et de nombreux acteurs du secteur Santé et social nous contactent actuellement et/ou participent aux éditions 2018 de la Fabrique du Changement. C’est un bon signe de volonté de changer et d’interets pour de nouvelles voies à explorer. Puissent tous les acteurs se mobiliser pour y arriver.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *